lundi 27 octobre 2014

Cotte XIIIe nourice - servante - Tome 1 : le résultat final

Oui bon c'est vrai pour une fois je vais faire dans l'ordre inverse :

D'abord les photos, puis la réalisation pour vous tenir en haleine et pour finir, le patron.

Ci dessous vous retrouverez des photos de Tina Anderlini prises pendant le tournage du reportage sur St Louis (photos en intérieur), ainsi que les photos de Chloé Steiner prises pendant un Off à Marle avec les Guerriers du Moyen Age (photos en extérieur). Merci de ne pas utiliser ces photos qui sont sous droit d'auteur sans en demander la permission aux auteures et/ou à moi même.


Cette robe est une robe de servante/nourrice.

Les choix que j'ai fait:
_Une couleur pas trop saturée
_Une longueur correspondant aux enluminures et à la statuaire avec soit du tissu au sol, soit un blousage à la taille
_Le trait blanc sous (et j'insiste sur le sous et non devant) le bras que l'on voit sur les enluminures
_La possibilité d'allaiter
_La possibilité de retirer les manches pour faire des taches salissantes
_Un poignet relativement bien ajusté
_Un col trés fermé sur le cou toujours en adéquation avec la statuaire et les enluminures.
_Seule improvisation, un bouton pour une fermeture sur l’épaule car je voulais présenter autre chose que l'amigaut central et que je n'avais pas de fermail. Cette interprétation est rare mais pas infondée.


Ici Vous pouvez bien voir la longueur, la cotte fait près d'1m80 de long et je mesure 1m75
Pour le service à la table du roi : faire des pas glissés et il n'y a pas de soucis pour avancer
Dans l'herbe bien humide et froide, blousage à la taille (ne pas oublier de blouser à l'arrière aussi!
Et lorsqu'on a pas un pot à la main, ben il suffit de remonter légèrement pour avoir un pas plus rapide.


Coté ampleur, la robe n'est pas super ample mais cela suffit.  Avec un bon patronage en trapèze J'ai les jolis plis des sculptures et enluminures sans en faire trop non plus. (pour du plus riche il faudrait plus d'ampleur, plus de plis et un tissu encore plus fin). Regardez en particulier la photo au milieu, je sais qu'avec le pot on devine plus qu'on ne vois mais ça donne une bonne idée. Voyez aussi le col ajusté.


Passons maintenant à l'allaitement... Euh ouais non là pas de photo et de toute façon on ne vois rien. En gros ma chemise est fendue devant jusque sous la poitrine me permttant de dégager facilement un sein et l'ouverture sous le bras est en fait l'endroit du gousset où je n'ai pas mis de gousset. L'ouverture est sur mesure et le plus serré que je puisse faire pour sortir le sein sans toutefois être trop grand.
J'ai toujours été persuadée que l'ouverture devais se faire sous le bras (simplement ne pas coudre le dessous de la manche) plutôt que de ne pas attacher la manche. C'est une hypothèse que j'avais lancé dans les début de la recherche sur ces robes là mais qui n'avais jamais à ma connaissance été réalisée (sauf une fois mais où on a pas vu le résultat sur la personne donc pas valable). J'ai donc mis en oeuvre cette hypothèse afin de l'infirmer ou de la confirmer. Et je trouve que c'est confirmé!
Voyez donc le trait de chemise discret que l'on aperçoit (ou pas)


Allez je lève un peu les bras histoire qu'on vois jusqu'où ça descend... Donc si vous m'avez suivi, il y a la même longueur décousue sous le bras.



Enfin le côté manche dépassées qui n'est qu'un plus de cette robe. Le passage du bras n'est pas des plus simples non plus mais assez rapide tout de même.
D'abord il faut faire blouser la robe pour avoir un peu d'espace, ensuite il faut retirer la main de la manche ajustée (c'est la partie la plus complexe), plier le bras et le sortir.
Je n'ai pas de photo des manches non nouées.
Nouées voilà ce que celà donne, je vous en laisse juge.
A savoir qu'un autre avantage auquel on ne pouvais pas penser avant de l'avoir réalisé : enlever les manches fait remonter la robe! de 5 à 10cm seulement mais du coup le blousage est moins important et moins encombrant! encore plus pratique pour travailler!



Enfin un petit détail sur le bouton et la coiffe pas encore ajustée.


Et je fini avec une des premières photos que je trouve si belle (de la robe... moi mouais j'aime pas mon profil :D) !!! Merci Tina.
 

Vous aurez pu voir sur les photos les coiffes réalisé à l'aides des méthodes que j'ai décrites dans moyen age.
Une subtilité, sur les photos du tournage la coiffe est réalisée avec mon étole qui sert à tout (touaille) un grand rectangle, pliée en 2 ou 3 je ne sais plus pour avoir une taille raisonnable, maintenue par un cordon aux doigts. Le fait d'avoir ces plis donnent une épaisseur à la coiffe que je n'aurais pas eu avec mes simples cheveux. 

Nota : les photos de Tina ont été retaillées par moi-même avec son accord

1 commentaire:

  1. Bonjour Perline, la robe que vous présentez est tout à fait ce dont j'aurai besoin pour allaiter lors des prochaines médiévales. Vous parlez de patron mais je ne le trouve pas. pouvez vous me dire où je peux trouver les infos pour coudre cette robe ? merci beaucoup !

    RépondreSupprimer